Piraterie, acte 1 : dans un article, lire les chiffres, les comparer, se rendre compte de l’angle désolant. Et se retenir de tweeter une info biaisée.

Now Reading
Piraterie, acte 1 : dans un article, lire les chiffres, les comparer, se rendre compte de l’angle désolant. Et se retenir de tweeter une info biaisée.

La piraterie est un vilain défaut : elle oblige à se poser des questions. Les twittos ci-dessous ne sont pas des pirates. En fait, ils ne savent pas lire et, donc, ne peuvent pas éviter de propager une information discutable.


En l’occurrence, Press Gazette explique que The Herald, quotidien écossais basé à Glasgow, est ravi de son paywall comme leur explique Tim Blott, l’un des directeurs de la maison-mère :

“We have 5,500 print subscribers so we have exceeded that online. We are very happy with the progress.”

Déjà, 5 500 abonnés papier est sensé être un chiffre qui vous laisse dubitatif. En tout cas, un chiffre qui pousse à lire la suite…

Et que lit-on ensuite ?

According to Blott, the website attracted an average of 1.425 million unique viewers per month in the last six months of 2013.

Daily newspaper The Herald had an average circulation of 41,000 in the first six months of 2013 and the Sunday Herald averaged around 25,000.

Bien, faisons un calcul rapide.

Un quotidien vend 41 000 exemplaires par jour parmi lesquels… 5 500 abonnés papier (cinq mille cinq cents).
Et donc, ils sont contents parce que les comptes payants via le paywall sont plus nombreux que ces 5 500 abonnés.

Par contre, le site compte 1,425 million de visiteurs uniques (1 million 425 mille visiteurs différents par mois).
Le ratio comptes ouverts / nombre de visiteurs est de : 5 500 * 100 / 1 425 000 = 0,39 %

A l’inverse, avec 1,425 million de VU pour 41 000 exemplaires papier, le rapport entre diffusion papier et audience web est de 1 425 000 / 41 000 = 3476 (oui, il y a 3 476 fois plus de lecteurs web que de lecteurs papier.)

Au regard des chiffres, il y a deux options

Ils sont justes
Dans ce cas, le paywall est-il vraiment un succès ? Un angle critique n’aurait-il pas été plus pertinent pour les tweets, type : « Ok, The Herald a plus d’abonnés web que print. Mais avec 5 500 abonnés papier et surtout 1,5 million de VU, heureusement ! »

Ils sont faux.
Sur la diffusion papier, les chiffres trouvés semblent correspondre, les 41 000 annoncés par Blott en 2013 étant corrects par rapport aux 47 000 de 2011, donnés dans un article de la BBC.
Pour l’audience numérique, je n’ai pas trouvé de données satisfaisantes. On ne sait pas vraiment comment comptent Alexa ou compete.com, google trends pour les sites – via lequel on pouvait comparer des sites en mettant un site dont on ne connait pas l’audience en face d’autres sites dont on connait l’audience afin d’avoir une idée – n’existe plus.

Justes ou faux, en tout cas, tweeter et donc propager l’info « #goodjournalismnews The Herald compte plus d’abonnés paywall que print youhou », c’est moche. Un peu de retenue, que diable.

Histoire de montrer que non, ce n’est pas parce que vous êtes présents sur twitter depuis longtemps, avez un blog et utiliser facebook pour trouver des contacts que vous êtes un mauvais journaliste, vous êtes les bienvenus à bord, pirate du journalisme moderne : je vous ouvre un compte sur ce blog quand vous le souhaitez, y a qu’à demander.

What's your reaction?
J'adore !
0%
C'est super nul !
0%
About The Author
Cédric Motte
Journaliste en charge d'accélérer la transformation de la rédaction et le développement de produits numériques au sein du Groupe Centre France. Journaliste web depuis un moment, intervient dans les médias (Centre France, France Television, Le Groupe Moniteur, Mondadori, Le Soir, Le Temps...) pour former les journalistes. Anime une communauté de 3 000 journalistes francophones qui tâtent des outils modernes.
Comments
Leave a response

Leave a Response