Les hashtags, un moyen de transformer un site d’info en plateforme sociale ?

Now Reading
Les hashtags, un moyen de transformer un site d’info en plateforme sociale ?

Twitter, instagram, facebook, google+, vine… Et vous, quand allez-vous vous y mettre ?
Pour un média, intégrer la logique des hashtags, c’est (peut être) commencer à transformer un « simple » site d’information en une plateforme de discussion intégrée dans la partie « contenu » de l’écosystème plus large des réseaux sociaux.

Vous taguez vos articles depuis longtemps…

Dans hashtag, il y a tag, ce petit mot anglais qui signifie « étiquette » et qui permet à tout type de contenu de se retrouver associé à un thème. Depuis longtemps la plupart des CMS permettent de taguer les articles pour des usages simples :

– Quelques apparitions en bas d’articles,
– des nuages de tags visibles ici ou là,
– la possibilité de créer des pages « topic » autour d’un thème…

Bref, les tags servent surtout à ranger les articles.

… passez donc au hashtag pour regrouper toutes les conversations qui vous intéressent…

Mais, dans une logique de plateforme, les (hash)tags permettent de tracker l’activité des contributeurs. Sans parler de « big data », un algorithme trie les plus pertinents, les plus populaires, doit permettre un affichage chronologique, etc.
Le meilleur exemple de cette logique est les tendances de twitter.

Pour ceux qui s’en souviennent, technorati proposait une solution pour suivre les conversations quelque soit le blog.
Si technorati semble oublié aujourd’hui – voir l’activité du mot clé journalism par exemple -, il a été l’un des premiers à agréger des sujets autour d’une conversation quelque soit le site émetteur, en s’appuyant sur les tags, les rétroliens et leurs données associées.

Suivons cette logique : l’enjeu est de pouvoir manipuler les données associées aux tags, et non l’inverse. Le tag devient le coeur de votre contenu, auquel vous attachez des éléments de contenus et des statistiques. Cela permet de dégager des tendances, voir d’avoir une vision plus « humaine » de votre site.

Regardez l’usage des hashtags, sur twitter comme ailleurs : ils ne sont pas que des mots clés froids et sérieux. Ils permettent aussi d’exprimer des sentiments, de l’émotion, de contextualiser un article, un billet, un commentaire…
Autant de données totalement absentes des sites d’information actuellement.

… avec des journalistes « animateur » de hashtags / conversations…

En poussant la logique jusqu’au bout, les journalistes, aidés par les robots dans leurs tâches les moins gratifiantes (cf la conclusion de Cyrille), pourraient ainsi devenir « propriétaire » de hashtags – de conversations, donc – qu’ils animent comme une communauté.

Quelle différence entre un journaliste en charge d’un hashtag par rapport au journaliste en charge d’une rubrique ?
Et bien cela n’a rien à voir 😉
Un journaliste chef de service s’occupe d’un service qui va gérer une multitude de sujets.
Un journaliste chef de « hashtags » s’occupera(it) des sujets – peu importe la thématique / le service.

D’une manière assez amusante, d’ailleurs, quand vous vous occupez de la refonte du site d’un média traditionnel, la navigation par rubrique reprend l’organisation par service de la rédaction. Hérésie, sur le numérique !

La notion de rubrique ne sert là que à ranger et à coller facilement les responsabilités – un chef de service est aussi chef d’une rubrique, mais cela ne correspond pas à la réalité…
1. du rythme de production,
2. des envies de lecture en fonction des moments de la journée,
3. du fait que ce sont les angles qui déterminent les rubriques, pas les thématiques.

Cette logique de « casser » une organisation d’un site calquée sur l’organisation d’une rédaction commence à poindre, notamment dans des applis mobiles comme NYTimes Now.

… et une condition pour passer dans une logique de plateforme : tout le monde peut mettre des hashtag, partout.

Chez vous, tout doit pouvoir être étiqueté : les commentaires, les posts dans les forums, les billets dans les blogs créés par vos lecteurs, les vidéos, les images, etc.
En intégrant ainsi les hashtags au coeur de votre contenu, vous devenez un lieu de conversation.

Ailleurs, sur d’autres plateformes… sociales – comme ce qu’est devenue la vôtre, donc – le public doit savoir qu’en utilisant tel hashtag, son post pourra être repris chez vous. Tout internaute peut ainsi utiliser vos # dans leurs statuts, posts, billets.
Ainsi, l’ensemble de ces conversations, présentes sur de multiples plateformes, sera regroupé chez vous. Et ailleurs.

What's your reaction?
J'adore !
0%
C'est super nul !
0%
About The Author
Cédric Motte
Journaliste en charge d'accélérer la transformation de la rédaction et le développement de produits numériques au sein du Groupe Centre France. Journaliste web depuis un moment, intervient dans les médias (Centre France, France Television, Le Groupe Moniteur, Mondadori, Le Soir, Le Temps...) pour former les journalistes. Anime une communauté de 3 000 journalistes francophones qui tâtent des outils modernes.
1 Comments
Leave a response

Leave a Response